Stabilisation des crampons de la digue sur les dents immatures

avec Jean RICHELME

 
digue
Fig 1. le traitement des dents en cours d’éruption pose régulièrement un problème de mise en place et de stabilité du champ opératoire. Situation clinique classique d’une dent de 6 ans en cours d’éruption mais déjà cariée.

 
digue

Fig 2. Pour stabiliser à coup sûr le crampon, un traitement à l’acide phosphorique est acté sur les parois vestibulaire et linguale. La surface de collage est limitée du fait de l’éruption incomplète, qui ne permet pas de positionner le crampon sous la digue de plus grand contour.

digue

Fig 3. Un adhésif est ensuite appliqué et polymérisé sur ces mêmes parois.

digue

Fig 4. Le crampon, chargé de la digue mise en place avec la méthode parachute, est ensiute positionné, au mieux, sur la dent et maintenu en place par la pince. Simultanément, une résine composite bleue de type « block out – Ultradent » est déposée puis polymérisée sur les mors du crampon et sur la dent encollée. Le choix d’une résine colorée est guidé par un souci d’élimination en fin de séance, celle-ci étant facilement identifiable.

digue

Fig 5. Une fois la pince retirée et le crampon fixé par le composite bleu, la digue va pouvoir être étirée autour de la dent. Une tension sur la gencive visible en vestibulaire est le témoin de la position basse du crampon.

digue

Fig 6. Le champ opératoire ainsi stabilisé permet le traitement de la lésion carieuse. Grâce à cette technique, toutes les étapes du protocole adhésif peuvent être réalisées sans perte d’étanchéité.

digue

Fig 7. Aspect de la dent traitée en fin de séance, le champ est toujours stable et étanche.

digue
Fig 8. La résine composite bleue, aisément identifiable, est facilement éliminée après le retrait de la digue.