Comment prendre les photos dans l’application EASY®

avec Jean-Christophe PARIS

 
photos
Fig 1. Le logiciel EASY® permet de réaliser une étude esthétique, afin de proposer à nos patients le sourire le plus harmonieux dans leur visage, à l’aide d’une simulation.
Il nécessite 4 photos, auxquelles nous devons apporter la meilleure attention, afin de proposer la meilleure analyse. Le cadre central, qui correspond à une photo du sourire, sera un agrandissement de la photo 1 calibrée.

 
photos

Fig 2. La première photo à réaliser est un visage de face avec des écarteurs. Il est important de commencer par celle-ci alors qu’elle n’occupe que le 5ème cadre, pour des raisons ergonomiques : il est en effet plus aisé de déposer les écarteurs sans faire bouger la tête du patient, une fois calée, que de le positionner. Il est impératif que les photos 1 et 4 soient superposables.

photos

Fig 3. Pour réussir cette photo, le patient est assis, la tête calée sur un gobelet. Le praticien oriente le visage suivant le plan de Francfort (tragus-canthus en rouge) horizontal et suivant une ligne bipupillaire horizontale de référence (80% des patients). L’appareil photo est posé sur un trépied, l’objectif à l’horizontale, axé sur la bouche du patient (trait bleu).

photos

Fig 4. La seconde photo (cadre 1) à réaliser est celle du visage souriant, de face. Le praticien aura pris soin de retirer délicatement les écarteurs, en demandant au patient de ne pas bouger, bien calé sur le gobelet. Cette photo, bien orientée, servira à générer la photo du cadre 3 (photo du sourire), en zoomant.

photos

Fig 5. La 3ème photo à réaliser (cadre 2) est un profil non souriant, plan de Francfort horizontal. Le gobelet a été retiré, le patient repositionné. Cette prise de vue permettra une analyse du visage de profil, notamment du positionnement horizontal des lèvres par rapport au nez et au menton.

photos

Fig 6. 4ème et dernière photo (cadre 4) du protocole EASY®, un profil souriant, suivant la même orientation, permettant une analyse du rapport entre les lèvres et les dents, l’orientation verticale des centrales.

photos
Fig 7. Les 4 photos sont maintenant insérées, il ne reste plus qu’à les calibrer en reportant des mesures anatomiques au pied à coulisse sur le patient, affiner leur rotation si nécessaire et leur cadrage. La photo 1 générera automatiquement la photo du cadre 3.

photos
Fig 8. Tous les cadres sont renseignés et l’étude peut maintenant commencer. Il est à noter qu’une étude rapide peut être envisagée sur uniquement les 2 photos de face, option très pratique pour faire une réévaluation en cours de traitement par exemple. En fin d’étude, une simulation permet de communiquer au patient les objectifs du traitement. Ces renseignements sont transposables dans les logiciels de wax-up numériques.